Croisières au Cambodge. Au sujet du niveau d’eau

  • par
Sat Toung naviguant sur le Tonlé Sap

Informations au sujet du niveau d’eau sur le lac Tonle Sap

L’équipe de Cambodian cruises souhaite informer nos passagers naviguant sur le Sat Toung entre Phnom Penh et Siem Reap que le niveau d’eau est exceptionnellement bas.

Un niveau d’eau exceptionnellement bas

C’est la 2ème année consécutive que nous voyons diminuer de manière aussi importante le niveau de l’eau sur le Tonlé Sap qui est alimenté par le Mékong.
En effet, le Sat Toung pouvait naviguer il y a seulement 3 ans de la mi juillet jusqu’au mois de mars sur le lac Tonlé Sap.
L’année dernière, nous avons dû démarrer nos croisières complètes au début du mois d’août, pour les fermer fin janvier.
Cette année, nous n’avons pû démarrer nos croisières complètes qu’au cours de la 2ème quinzaine du mois d’août, et maintenant déjà, le lac n’est pratiquement plus navigable (il n’y a plus que 1,20 mètres d’eau par endroit), alors que nous ne sommes qu’à la mi-décembre).

Que ce passe t-il ?

Alors que le niveau du Mékong était très haut fin septembre, il a brutalement baissé vers la mi-octobre.
Bien entendu, l’Asie du sud est fait face depuis 2 ans à une diminution des précipitations qui entraine certainement une légère diminution du niveau de l’eau dans le Mékong.

Xayaburi dams in Laos on the Mekong river

Xayaburi Dams – CK POWER/AFP/Handout

L’eau – Source de conflits

Il est cependant évident, même si aucune publication ne vient l’étayer, que la construction frénétique de barrages sur le Mékong aggrave de manière très importante ce phénomène.
En particulier la construction anarchique de barrages par la Chine et la Thaïlande particulièrement au Laos fait craindre une catastrophe écologique majeure au Cambodge.
Particulièrement l’énorme ouvrage du Xayaburi qui vient d’être construit par une société Thaïlandaise au Laos, mis en eau actuellement, assèche considérablement l’aval du cours du Mékong. Cet assèchement provoque à son tour l’assèchement du Tonlé Sap, ce qui risque de faire disparaître cette merveille écologique des lacs et rivières Tonlé Sap.
Encore plus grave, ce sont des millions de cambodgiens qui vivent grâce à l’eau douce du lac, classé rappelons-le “Réserve de la biosphère mondiale”.
A ce sujet, lire l’article paru dans Geo magazine publié le 31 Octobre 2019.

Un autre article paru dans Ouest France le 20 décembre 2019 pointe également du doigt la surexploitation du sable du Mekong.

Nous craignons malheureusement que cette merveille écologique (que nous considérons pour notre part aussi extraordinaire que les temples d’Angkor) ne disparaisse.

Ainsi, désormais, le Sat Toung va effectuer ses dernières croisières de l’année jusqu’à Siem Reap. Les passagers devront effectuer la deuxième partie de la croisière sur le lac en bateau rapide. Mais ne vous inquiétez pas, nous nous occupons de tout !

Rappel du système hydrodynamique du Tonlé Sap

Le régime d’écoulement de la rivière Tonlé Sap est unique au monde: selon la saison, l’eau s’écoule du lac vers le Mékong pendant la saison sèche de novembre à mai. Puis lors de la crue du Mékong, le courant s’inverse pour aller vers le lac lors de la fonte des neiges de l’Himalaya qui coïncide avec la mousson de mai à novembre. Le lac sert de déversoir pour le débordement de l’eau pendant les périodes de hautes eaux et de réservoir d’eau douce pendant les périodes de basses eaux. Ce lac est donc une protection naturelle, agissant comme une soupape de sécurité, bien que parfois insuffisante, contre les variations des niveaux d’eau du Mékong. Le terme «renversements d’eau» fait référence aux périodes où le débit de la rivière Tonlé Sap est inversé, une fois par an dans chaque direction (mai et novembre). Le Festival de l’eau (Bon Om Touk en khmer) en novembre est à l’une de ces deux périodes annuelles.

La superficie du lac pendant la saison sèche (février à mai), est d’environ 2700 km2 pour une profondeur d’environ 1 mètre, elle sextuple presque lorsque la mousson survient qui coïncide avec la fonte des neiges. On estime que la surface du lac peut alors atteindre 16 000 km2 et sa profondeur 9 mètres, noyant les rizières et les forêts. En volume, cela représente une multiplication par un facteur 70.